(FR) Vidéo : Les différents niveaux de l’entrainement NeuroTracker – Performance

The NeuroTracker Team Français, Performance Leave a Comment

L’ajout progressif d’exigences lors d’un programme continu NeuroTracker a démontré une amélioration de l’étendue de la courbe d’apprentissage cognitive et pourrait être un élément clé dans l’atteinte de niveaux de performance avancés.

Chaque cas est différent et il est toujours recommandé d’effectuer les sessions avec l’aide d’un entraineur ou d’un spécialiste. Voici quelques exemples pouvant être effectués durant l’exercice de double tâche qui s’incorporent a un entrainement NeuroTracker.

Screen Shot 2015-12-10 at 9.38.21 PM1. Assis

Ceci est le premier niveau de l’entrainement NeuroTracker et le plus basique. Ce niveau inclut aussi la phase de recensement de l’activité basale et celle de consolidation. Dans la phase de base, l’utilisateur effectue 3 sessions et son score représente son point de référence initial. En suivant le protocole d’entrainement et après avoir effectué quelques sessions, l’utilisateur ne devrait pas obtenir un score inférieur a son point de référence initial, sauf dans le cas où quelque chose affecte ses performances neurologiques. Par exemple, une personne qui n’a pas dormi, qui souffre d’un lendemain de veille ou d’une commotion cérébrale pourrait obtenir un score inférieur. Ceci étant dit, si jamais dans votre session 4 vous obtenez un score en dessous de votre niveau initial, il n’y a pas de raison de croire que cela va perdurer. Plus vous ferez de sessions, plus vous allez vous améliorer.

La phase de consolidation représente les 12 sessions suivantes. Pendant celle-ci, plusieurs des utilisateurs démontrent une progression rapide, même si on passe du mode Core à Dynamic ou autres.

2. DeboutScreen Shot 2015-12-10 at 9.40.13 PM

Le niveau NeuroTracker suivant incorpore des aptitudes très simples. Comme a chacun des niveaux où une nouvelle aptitude est intégrée, l’utilisateur voit sa vitesse minimale diminuer au début. Pendant ce niveau, l’utilisateur doit rester debout. En restant simplement dans cette position, le cerveau doit utiliser plus de ses capacités. Cela est dû au fait que le cerveau a une capacité maximale a traiter des informations. Chaque tache qu’on lui ajoute lui enlève de l’attention disponible pour autre chose.

 

3. ÉquilibreScreen Shot 2015-12-10 at 9.40.24 PM

Le troisième niveau est l’équilibre. L’utilisateur doit se tenir debout sur un ballon d’équilibre ou une planche d’équilibre, effectuant ainsi deux tâches en sollicitant ses habiletés motrices. Cela ajoute un peu de mouvement, ce qui force le cerveau à ajuster rapidement ses angles de vue. Chaque fois que les yeux bougent, le cerveau doit retraiter l’information qu’il reçoit, ce qui lui enlève aussi des capacités mentales.

 

4. (Optionel) Flux optiqueScreen Shot 2015-12-10 at 9.40.34 PM

Le Flux optique est un mode spécial de NeuroTracker qui ajoute de fortes sollicitations visuelles dans l’environnement de l’utilisateur pendant la session. Pendant le Flux optique, le mouvement constant d’aller-retour à l’écran stimule le processus de perception cognitive associé avec le mouvement d’un individu et son sens de l’équilibre lié à la vue. Cet exercice augmente la demande mentale et peut offrir un conditionnement utile lors de situations impliquant des mouvements rapides dans des situations complexes, comme dans une partie de hockey par exemple.

 

5. Tâche liée a un sport

Screen Shot 2015-12-10 at 9.37.38 PM

Dans ce niveau, on recommande à l’utilisateur d’ajouter une tache liée à un sport en particulier qui inclut un élément de contrôle plutôt que de mouvement. Pensez au maniement d’un bâton de hockey : vous restez relativement à la même place, mais cela demande des habiletés pour le contrôler qui sont très spécifiques. Habituellement on choisit un aspect essentiel à un sport, comme dribler pour le basket-ball ou le maniement de rondelle avec bâton pour le hockey.

 

6. Tâche liée à un sport – Avancé

Screen Shot 2015-12-10 at 9.38.07 PM

Le niveau suivant d’entrainement avec une tâche liée a un sport devrait inclure un mouvement. Comme dans le vidéo, l’utilisateur est constamment forcé d’ajuster son angle de vision, ce qui ajoute beaucoup à la complexité demandée a ses capacités cognitives. Non seulement il utilise ses capacités motrices d’une manière plus complexe qu’en restant debout ou en gardant son équilibre, il change aussi de position de façon extrême.

 

7. Entraînement en forceScreen Shot 2015-12-10 at 9.38.41 PM

Le 7e niveau NeuroTracker inclut un élément extrêmement physique. Il introduit un élément de fatigue extrême dans l’entrainement. L’utilisateur fatigué a plus de chances d’obtenir un score faible au NeuroTracker. Avec l’entraînement en force, la fatigue peut s’accélérer assez rapidement pour qu’on en constate les effets dans une seule session.

 

8. Mode Reconnaissance tactique

Screen Shot 2015-12-10 at 9.38.57 PM

Le saint Graal de l’entraînement NeuroTracker, le mode Reconnaissance tactique, est l’épreuve la plus exigeante mentalement. Pendant le mode tactique, l’utilisateur doit identifier et réagir a des éléments liés au sport très complexes. Par exemple, un quart-arrière au football s’entrainant au NeuroTracker fera l’entrainement de base tout en observant une image de formation défensive à l’écran. Le quart arrière doit ensuite identifier cette formation, la nommer à voix haute selon sa formation offensive, tout en continuant de suivre les cibles en mouvement. Le même principe s’applique aussi dans l’armée, où un soldat pourrait voir des images d’éléments qu’il devrait identifier comme menaçants ou non, toujours en suivant des cibles mouvantes.

Conclusion

Tous ces niveaux sont des suggestions de l’équipe NeuroTracker pour obtenir les meilleurs résultats possible. Cependant, comme nous l’indiquons au tout début, la ressource la plus importante que tous les utilisateurs devraient rechercher, c’est un spécialiste ou un entraineur qui comprend parfaitement leurs objectifs, incluant tous les aspects qui pourraient affecter leur performance. Comme en physiothérapie, il y a quelques exercices qu’une personne blessée peut effectuer. En même temps, idéalement, on doit consulter un physiothérapeute afin d’obtenir les meilleurs résultats.

Share this Post

About the Author

The NeuroTracker Team