Le coin des experts: Identifier une stratégie adverse avant son application

Expert Corner Experts Corner, Français, Performance Leave a Comment

Par Josh Freedland

Le coin des experts est une nouvelle série sur du site NeuroTracker.net qui présente l’opinion d’experts provenant de plusieurs domaines. Cette semaine, notre expert invité est Josh Freedland, un ancien joueur de football de niveau collégial qui est maintenant entraineur personnel certifié au NASM (National Academy of Sports Medicine). Sa biographie se trouve à la fin du présent article.

On imagine aisément qu’il doit être difficile voire impossible de cerner une stratégie adverse avant qu’elle soit exécutée. Or, de nouvelles études démontrent que la chose est toutefois possible à certaines conditions. En analysant des variables spécifiques, il s’avère que l’on peut prédire la stratégie de jeu de l’équipe adverse.

Mise en contexte

Nous sommes au quatrième quart et il ne reste que 10 minutes à la partie. Votre équipe mène avec un score de 10-7 et l’équipe adverse est en offensive, au 3e essai à leur ligne de 25 verges avec 8 verges à faire. L’équipe adverse s’aligne en formation «shotgun». Vous êtes en ligne défensive. Quelles sont les étapes nécessaires pour identifier en quelques secondes la stratégie que vous devrez contrer?

Étape 1 : Analyser la situation
  • Essai et distance : Il s’agit du 3e essai pour l’équipe adverse et il leur reste 8 verges à parcourir. Dans tout type de stratégie, deux possibilitées s’offrent aux attaquants : faire une passe ou courir. En position de défense, vous tentez de déterminer laquelle des 2 actions est plus probable. La probabilité de parcourir 8 verges en choisissant la course est plus faible qu’en optant pour une passe. Il faut aussi prendre en considération qu’il s’agit du 3e essai, impliquant que si l’équipe en offensive ne réussit pas à parcourir les 8 verges, elle devra considérer la possibilité de faire un botté.
  • Score et temps : Même si l’équipe adverse est en train de perdre en ce 4e quart, il lui reste encore du temps pour tourner la situation en sa faveur. Il serait logique qu’elle opte pour un botté si les joueurs ne parviennent pas à parcourir les 8 verges restantes lors du 3e essai.
Étape 2 : Analyser la formation
  • Porteur de ballon : La position du porteur de ballon peut représenter un indice important. Si ce dernier se trouve derrière le Quart-arrière, il se pourrait qu’il se prépare pour un main à main. Sinon, il sera probablement utilisé comme bloqueur dans l’éventualité d’une charge surprise.
  • Receveurs écartés : Les receveurs écartés peuvent souvent être séparés en 2 catégories; ceux qui sont petits et rapides ainsi que ceux plus costaux dont le rôle est de bloquer.  Lorsque les plus petits receveurs sont sur le terrain, cela indique généralement qu’ils préparent un jeu de passe.

Étape 3 : Expérience
  • Langage corporel : L’étude intensive d’enregistrements d’anciens matchs peut aider à mieux connaitre certains joueurs. C’est à ce moment que l’attention et la capacité à interpréter des signaux entre en jeu. Des détails subtils comme des tics nerveux peuvent être d’importants indicateurs. Lors du Championnat de l’AFC en 2015, les Broncos ont découvert que le centre des Patriots déplace la tête immédiatement avant chaque snap. Ceci a permis à l’équipe à la défensive de se synchroniser parfaitement avec les snap de l’équipe adverse, menant à 17 plaquages et 4 sacs du Quart Tom Brady.
  • Statistiques : Généralement, les rapports prématch et les statistiques peuvent procurer un avantage additionnel. Peu importe l’entraineur ou la situation, les gens ont tendance à utiliser des stratégies qui ont déjà fonctionné par le passé. En regardant les données il est possible de faire une estimation éclairée quant à la stratégie, mais il est important de ne pas se fier qu’aux chiffres.
Entrainez votre cerveau. Améliorez votre jeu.

Les bons joueurs ont des attributs physiques de taille et sont très prisés par leur équipe. Les grands joueurs se distinguent par la qualité de leur travail , leur grande motivation ainsi que leur entrainement mental. Ils étudient des enregistrements  des heures durant pour identifier les plus infimes détails qui pourraient leur donner un avantage sur leurs adversaires. Ils ont aussi la capacité à traiter mentalement une quantité astronomique d’informations en une fraction de seconde, ce qui leur permet de prendre des décisions rapides dans des conditions maximales de stress.

Les grands joueurs améliorent leur jeu grâce à leur acuité mentale supérieure sur le terrain et de par  l’énergie qu’ils déploient pour exceller avec constance malgré le stress. D’autres joueurs moins bien entrainés risques de céder sous la pression.

Aimeriez-vous entrer en contact avec Josh?  Il est entraineur à Brain & Body Clinic à Boston. Visitez brainbodyboston.com pour plus de détails.

Josh Freedland est le président/PDG de Brain & Body Performance : Leader en Nouvelle-Angleterre en amélioration de la neuroplasticité et entrainement voué à la performance. Brain & Body Performance utilise des technologies de pointe et des programmes spécialisés pour améliorer la concentration mentale, la performance et la récupération. Il est aussi un entraineur certifié au NASM (National Academy of Sports Medicine), et il entraine mentalement et physiquement des athlètes de niveaux  secondaires, universitaires et professionnels. En plus de travailler avec des athlètes, il travaille édalement avec des gens souffrant de TDAH, d’autisme, de syndrome post-commotionnel et de dégénérescence cognitive. Vous pouvez lire ses autres articles en visitant son blogue www.brainbodyblog.com

 

Josh, étudiant gradué du Bates College  a complété son baccalauréat en psychologie en concentration santé biologie. Il faisant partie de l’équipe de football du collège et  avait donc  un intérêt marqué pour la psychologie du sport. Après avoir subi une importante commotion cérébrale, il s’est intéressé à plusieurs  recherches controversées sur le cerveau.

Share this Post

About the Author

Expert Corner